Rassemblement au Centre National de Formation des Cadres Paysans de 570 animateurs et animatrices du mercredi 18 mars jusqu’au vendredi 20 mars 2015

La direction du Mouvement Paysan de Papaye (MPP) a invité tous les anciens/anciennes ainsi que les nouveaux animateurs/animatrices qui ont reçu la formation en animation pour le changement social lors d’un congrès dans le Centre National de Formation des Cadres Paysans. Ce grand rassemblement s’est tenu du mercredi 18 mars jusqu’au vendredi 20 mars 2015, 3 jours où ont été réunis près de 600 personnes. Dix départements du pays étaient présents, le département du Nord, du Nord-Est, du Nord-Ouest, du Sud, du Sud-Est, l’Ouest, l’Artibonite, Grande Anse, Nippe et enfin le département du Centre.

Objectifs de ce grand rassemblement

Rassembler tous les animateurs/trices qui ont été formés au Sant Lakay du MPP depuis 1975 jusqu’à aujourd’hui, pour faire collectivement le bilan du travail accompli par chacun dans sa zone. Comme il s’agit de plusieurs promotions, c’est un moment riche qui offre la possibilité a tous ces animateurs/trices de dialoguer sur leurs pratiques et leurs expériences à partir d’une formation commune pour leur permettre de nourrir leur engagement dans la lutte pour le changement social.

Permettre à tous les anciens et nouveaux animateurs/trices de connaitre et de comprendre ce que pourrait être le « projet paysan » ? Et comment ils pourraient aider à sa mise en place dans leur zone, commune, communauté et localité.

Dans ce grand rassemblement, était présents des personnalités publiques comme le Sénateur Jean Williams Jeanty, Jean-Claude Cherubin, Yanick Guiteau Daudin, Marie Danielle Caumeau. Jean-Claude Cherubin, polytologue et membre de la direction exécutive nationale de KONTRAPEPLA, a présenté un thème très important pour tous les animateurs/trices qui participent à la lutte pour le changement social. Le thème s’intitule « Projet Paysan ». La majorité des personnes qui vivent à la ville n’accordent pas d’importance aux paysans et c’est cette raison qui a poussé KONTRAPEPLA a proposé ce projet. Jean-Claude Cherubin a tenu à rappeler ce qu’est un paysan « c’est une personne qui cultive la terre pour vivre et qui a une relation directe avec la terre. » Puis, il a présenté le projet paysan en revenant sur le mode de société primitive, qui permettait aux individus de vivre bien, ensemble, dans une société de partage. L’arrivée du système capitaliste a détruit cette forme de société et KONTRAPEPLA souhaite réhabiliter un modèle de société basé sur la solidarité, le vivre ensemble, en paix, que tout le monde puisse avoir accès à l’éducation et aux soins. Plus de 80% de la nourriture qui est consommée en Haïti est importée. Il est important de ne pas dépendre des pays extérieurs concernant la question de la souveraineté alimentaire. Il a précisé que c’est un projet socialiste, qui est anti-capitaliste et contre l’exploitation des personnes. Son objectif est la production de ressources selon les besoins de la population et non la recherche du profit. C’est également un projet écologique, qui a pour but de respecter l’environnement mais aussi de conserver un équilibre entre la nature, l’homme et les animaux. Il a conclu que ce projet ne pouvait être réalisé sans la participation de toutes les personnes qui ont conscience de la réalité du pays, qu’ils aient une bonne situation ou non. Après avoir terminé de présenter le projet, il a répondu à toutes les questions de l’assemblée.

Quel rôle joue un animateur/trice dans la zone où il vit

Le rôle d’un animateur/trice dans la zone dans laquelle il habite, c’est de parvenir à faire une campagne de sensibilisation auprès des personnes qui vivent dans la zone (les femmes, les hommes, et les jeunes). Il s’agit de participer à la prise de conscience de la communauté sur les injustices qui l’affectent, sur les causes qui les engendre pour travailler ensemble à des solutions. Et enfin, c’est aussi faire de l’éducation populaire sur divers thèmes tel que la santé et en ce cas le message est d’expliquer qu’avoir le ventre plein ne signifie pas pour autant manger de façon saine. Même si ce n’est pas une mission facile, c’est le travail de l’animateur de faire de son mieux afin de rendre possible le changement social. L’animateur doit donc jouer le rôle d’un accompagnateur auprès des paysans dans toutes les dimensions qu’elles soient économiques, sociales et culturelles.

Après le temps d’échange portant sur le « projet paysan », des groupes d’atelier de travail se sont formés par département afin de travailler sur ce thème, et ainsi permettre à chaque groupe de réfléchir ensemble sur la manière dont il pourrait adapter ce projet à sa communauté.

Voir aussi