La grande histoire des femmes au MPP

Les deux premiers groupements du Mouvement Paysan de Papaye fondés en 1973 composé de 35 personnes n’avaient aucune femme. Mais en 1975, une femme de Los-Palis, madame Garnier née Rosita Sylvain a décidé de participer aux réunions d’un groupe qui allait devenir : Groupement La Patience. Elle était la seule femme au sein d’un groupement de 13 membres.


Des débuts difficiles

Au fur et à mesure, on rencontre, en général, une femme dans chaque groupement. Elle est recrutée par les hommes spécialement pour aller chercher de l’eau, pour préparer à manger aux hommes qui travaillent dans la parcelle du groupement. Elle participe aux réunions du groupement mais ne prend pas la parole.
Le fondateur du MPP a dû lancer une campagne de sensibilisation sur l’importance de la participation des femmes dans les groupements. Il faisait savoir aux hommes qu’ils ne peuvent pas combattre l’exploitation dont ils sont victimes dans le processus de production sans l’engagement des femmes. Elles participent dans la production et la transformation des produits agricoles. Ce sont elles qui font la commercialisation. Elles jouent un rôle crucial dans tout le processus.
En plus les femmes constituent la majorité de la population. Aucun changement n’est possible dans le pays sans leur participation active.
Elles doivent être éduquées, formées, sensibilisées pour qu’elles prennent conscience de la réalité et participent avec les hommes dans le processus de transformation sociale.
L’article 13 des statuts du MPP consacre l’égalité de l’homme et de la femme du MPP. Elle ne saurait être sous la domination de l’homme.
Malgré la consécration officielle de l’égalité de l’homme et de la femme dans les statuts du MPP, le processus d’intégration, de la participation effective des femmes dans le mouvement était très lent.

Un aboutissement concret

Le premier groupement de femmes a pris naissance dans le MPP en 1980, 7 ans après la formation des deux premiers groupements. Il s’agit de modèles de Papaye qui avait commencé avec 22 femmes. En 1981 deux autres groupements de femmes ont vu le jour : Groupement Persévérance à Los-Palis, 3ème section communale de Hinche et Gwoupman Devwe à Zabriko Juanarya 1ère section communale de Hinche. Elles étaient formées respectivement par trois animateurs, Jean Mirassaint Kernizan, Childerick Placide et Faustin Florelus.
A ce moment là, le fondateur du MPP voulait choisir des femmes pour les former comme animatrices. Mais, il n’y avait aucune femme dans les groupements qui avait terminé ses études primaires, le niveau le plus bas pour suivre le programme de formation. Il a dû faire venir une jeune femme du Nord-Ouest dans un premier temps (Juliane) et dans un deuxième temps une autre femme (Inedette St-Fleur) pour suivre le programme de formation d’animateurs et d’animatrices. Après leur formation, elles sont restées dans la zone pour travailler avec les femmes, former des groupements de femmes. Après le départ de Juliane, une autre animatrice était venue encore du Nord-Ouest.

Les groupements de femmes apparaissent de plus en plus. Les premières animatrices sont formées entre 1981 et 1986. En 1989, le MPP a réalisé le premier congrès des Femmes du MPP. Le Mouvement des Femmes du MPP est officiellement créé. Ce mouvement des femmes constitue l’un des piliers du MPP à côté du mouvement des jeunes du MPP et les groupements d’hommes ou mixtes.

Voir aussi