Des femmes en mouvement

Le groupement des femmes est une organisation à part entière, structurée et influente au Mouvement Paysan de Papaye.

Un mouvement structuré…

Le mouvement des femmes du MPP dispose d’une structure autonome d’organisation basée sur le modèle du MPP. Il existe des groupements de base, des assemblées locales, des assemblées de zone et une assemblée centrale. Le mouvement des femmes est dirigé par des comités de coordination composé exclusivement de femmes à tous les niveaux.
Il y a le comité de coordination du groupement, le comité de coordination locale, le comité de coordination de zone et le comité de coordination centrale des femmes du MPP.
Les groupements de femmes ont leur propre structure mais ils participent à toutes les structures du MPP. Elles participent de façon égalitaire avec les hommes à l’assemblée centrale et au congrès du MPP. Cela n’empêche pas qu’elles aient leur propre assemblée pour poser les problèmes des femmes.
Il y a eu une faible présence des cadres femmes dans les différents secteurs ou programmes du MPP. Le fondateur avait proposé d’envoyer pendant 5 ans des jeunes femmes faire des études universitaires à Port-au-Prince et à l’étranger. Actuellement, on trouve des femmes dans toutes les équipes et sous équipes du MPP. Nous avons des femmes animatrices, comptables, gestionnaires, économistes, médecins, ingénieurs, agronomes, infirmières etc.

… et actif !

Les femmes participent à toutes les activités du MPP. Elles ont les mêmes droits et les mêmes devoirs dans le Mouvement. Mais elles ont des activités économiques propres aux groupements de femmes. Elles font de l’agriculture (production végétale et animale), elles font de la transformation des produits agricoles : atelier de production de beurre d’arachide, atelier de transformation de fruits, atelier de couture, magasin de vente des produits artisanaux, magasin de vente des produits de première nécessité.
Elles participent à des mobilisations contre la violence faites aux femmes avec d’autres mouvements de femmes.
Les femmes du MPP disent : « SAN FANM CHANJMAN PA POSIB », c’est-à-dire « sans les femmes le changement n’est pas possible ».

Voir aussi